Les Baudets de Rousies

C'est le sobriquet des Roséens et la tradition l'explique ainsi :

Jadis, les Conseillers municipaux éprouvaient beaucoup de difficultés pour désigner celui d'entre eux qui endosserait les responsabilités de « mayeur ». Ils utilisaient donc un mode de scrutin qui en vaut peut-être bien d'autres. Réunis sur la place du village, ils se plaçaient en cercle, chacun d'entre eux chevauchant une botte de paille. Un âne était amené au centre du cercle et le conseiller municipal vers lequel il se dirigeait était élu maire.

 

On devait sans doute ensuite s'en remettre au bon sens du baudet pour désigner, de la même façon, les échevins ou maires adjoints.

 

Cette explication folklorique est amusante mais évidemment fausse. Il est plus plausible de penser que nos ancêtres Roséens utilisaient l'âne pour  transporter leur blé au moulin comme d'autres utilisaient le mulet ou le cheval. Ce petit quadrupède d'ailleurs possède bien des qualités, il est courageux, sobre et résistant. Il est têtu, mais c'est une preuve de caractère et c'est bien à tort que l'on dit « bête comme un âne » car il n'est pas moins intelligent qu'un cheval, un mulet ou un coq. Il possède d'ailleurs des titres de noblesse puisque, depuis des siècles, il figure dans la crèche de Noël.

 

Ne soyons donc pas honteux de notre sobriquet, il n'est pas plus déshonorant que celui d'« Agons » (voleurs), d'« Affûts » (curieux), de « corbeaux » ou de « Mulets » dont sont gratifiés certains de nos voisins.