La course aux oeufs

On me raconta qu'à Rousies, avant la révolution, et même de temps en temps, on courait les œufs.

 

Ce divertissement avait lieu régulièrement le lundi de Pâques ;

On disposait vingt six œufs à trois ou quatre pas de distance les uns des autres ;

 

Un homme les recueillait et les mettait dans un panier sans les casser tandis qu'un autre courait jusqu'au but indiqué, assez éloigné. Si, après avoir atteint le but, il revenait au point de départ avant que tous les œufs fussent ramassés, il était vainqueur ; Dans le cas contraire, c'était son adversaire. Le vainqueur et la vaincu, avec la jeunesse du village, se rendaient ensuite au cabaret où les œufs étaient mangés, arrosés de fréquentes libations de bière.

 

 

Madame Clément Hémery